« Un prophète » de Jacques Audiard –

Image

Décidément, « Un prophète » ne fait pas partie des films qu’on devrait aller voir un jour où on veut décompresser ou tout simplement passer un moment pénard au cinéma. C’est dur, c’est cru, c’est impitoyable…mais c’est quand même vachement bien fait. L’intrigue en tant que telle est intelligente et bien menée : par intermédiaire du personnage principal, Malik (interprété de manière brillante par Tahar Rahim, qui arrive à donner au personnage une multitude de visages différents), Audiard nous donne la possibilité de suivre de près les différentes étapes de l’évolution du jeune détenu de 19 ans, condamné à 6 ans de prison, au sein de l’environnement carcéral.

« L’idée c’est de sortir un peu moins con qu’on est entré » – l’objectif (théorique) est clair, la réalité des choses l’est déjà beaucoup moins. Il parait évident qu’un tel cadre n’offre pas vraiment un choix au sens propre du terme à ceux qui se retrouvent « coincés entre les mailles » de la vie en prison : ainsi, Malik réalise très vite qu’il va falloir se battre et jouer le jeu – pour survivre, tout simplement.
La question de la conscience se pose, évidemment, et prend forme de manière très concrète en l’image d’un mort qui ne semble qu’à moitié parti (un petit air de SFU, on dirait^^). Là, où les différents groupes (ethniques, mais pas seulement) s’opposent avec violence, les langues se révèlent – une fois de plus – des éléments stratégiques importants qui, tout comme les connaissances et les informations qui circulent (ou pas), font la différence entre ceux vont prendre les rênes et ceux qui resteront à toujours les pions de ceux qui font la loi.
Au final, on sort de la salle de cinéma avec un mélange de sentiments, de réflexions et de « points d’interrogation » en tête, qui le rendent difficile de tourner la page. Quoi qu’il en soit, « Un prophète » fait sans doute partie des films qui valent détour et qui vont laisser quelques traces dans la mémoire de ceux qui les auront vus…et dans l’ensemble c’est pas plus mal, je me dis.

Publicités

Une réflexion sur “« Un prophète » de Jacques Audiard –

  1. Belle critique pour une oeuvre essentielle dans le paysage cinématographique français. Si si, je lâche déjà les grands chevaux^^

    Un classique en devenir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s