Vincent Delerm au Festi’Val de Marne (04/10/09)

Ça ne faisait pas tellement longtemps depuis la dernière fois, et pourtant… Les deux soirées au Bataclan et à la Cigale nous avaient donné envie d’y rajouter une troisième. Comme souvent, l’occasion fait le larron :mrred: et le passage de la troupe delermienne à Champigny-sur-Marne (dans le cadre du Festi’Val de Marne) nous donnait donc moyen de saisir la balle au bond. Après un petit périple en RER et quelques minutes de marche à pied (même pas peur^^) on se retrouve alors devant la salle communale de la petite ville en banlieue parisienne : il est 16h, le concert est censé commencer dans 60 minutes…tout juste pour « L’heure du thé« , on dirait ^^

Image

Après une première partie assez spéciale et dans l’ensemble plutôt décevante (que ce soit musicalement ou au niveau des paroles, ça me convainc guère), c’est à Vincent Delerm – accompagné de ses trois musiciens – de monter sur scène. Pas mal de changements depuis la dernière fois : tandis que Nicolas Mathuriau garde sa place à la batterie, aux claviers et au vibraphone, ce sont François Lasserre (guitare) et Frédéric Kret (violoncelle) qui prennent la relève d’Ibrahim Maalouf (qui sera pourtant bientôt de retour sur les planches, cette fois avec sa propre formation de jazz oriental).

ImageImage

Des cordes à la place de la trompette – évidemment, ça change. Connaissant mon attachement aux cuivres, je m’étais demandée si la version « cordes » n’allait pas me paraitre moins « séduisante » que celle d’avant, mais après coup je trouve que les nouveaux arrangements rajoutent non seulement des couleurs au répertoire mais donnent aussi un petit coup de fraicheur aux chansons qui, au final, ne fait pas de mal…et n’empêche, le violoncelle sur « Deauville sans Trintignant« , ça rend bien quand même :D . On enchaine notamment sur « L’heure du thé » en version piano-voix, un petit hommage à Woody pour l’intro d’ « Allen et Louise » et une projection de vieilles pubs de cinéma (avec distribution de Mi-Cho-Ko) après « Un temps pour tout » – tout va bien, la vie est belle^^.

Image

Faire chanter le public, c’est une chose. Faire chanter le public un dimanche aprem dans une salle communale d’une petite ville en banlieue parisienne, c’en est encore une autre^^. Quoi qu’il en soit, « Tes parents » en trio dans une salle aussi pleine que muette, jetant des regards curieux/intrigués/méfiants en direction des trois filles au 4e rang qui chantent envers et contre tout, c’est quand même assez drôle, si si, je confirme :-s (Heureusement que j’avais pensé à imprimer les paroles :p – en passant, « merci » au petit groupe solidaire du fond de la salle qui a dû adopter la même stratégie^^).
Pas de coupures majeures au niveau de la set-list (en dépit du fait qu’il s’agissait – à la base – d’un passage en festival), mais quelques changements par rapport au concert au Bataclan (notamment au niveau des rappels) : ainsi, « Il fait si beau » cède la place à une reprise de « Siffler sur la colline » de Joe Dassin.

ImageImage

Pour « Le cœur des volleyeuses bat plus fort pour les volleyeurs » c’est au tour de François Lasserre de prendre la relève d’Ibrahim Maalouf lors des passages parlés en anglais…et avec une voix « légèrement » aiguë :-)p , histoire de se rapprocher de la version studio. En dépit d’un petite tentative de déstabilisation venant du côté du piano, le résultat est à la hauteur des attentes^^, et finalement on a même droit à un petit solo d’ukulélé à la fin de la chanson.
Pas de changements au niveau du speech sur l’enjeu capital de trouver deux places côte à côte pour la séance de 21h45 à l’UGC de Clermont-Ferrand ni pour celui sur l’utilité du générique de fin, et il va de même pour la petite anecdote sur le festival du cinéma romantique à Cabourg (« Je suis free-lance en infographie et j’écoute de tout ! » :mrred: ).

Image

Encore un petit rappel car on insiste vraiment (« Pfff, z’êtes fous quand même ! :capice: :D « ) pour « Les Piqûres d’Araignée« , puis les derniers saluts, et une belle soirée matinée ( ^^ ) de concert prend fin. On quitte la salle non seulement avec l’impression diffuse d’avoir passé un très bon moment de détente et de bonheur, mais aussi – une fois de plus – avec l’envie (très concrète^^) de récidiver – si possible dans pas si longtemps que ça…

Bon, je tente le coup et je dis « A bientôt, Vincent » ? o:-) Allez, soyons fous, l’espoir fait vivre :p

« A bientôt, Vincent ! » :mrred:

Image

Publicités

Une réflexion sur “Vincent Delerm au Festi’Val de Marne (04/10/09)

  1. Aaaaah! Bon ben une fan de Vincent Delerm! C’est bon, je te rajoute dans mes favoris 😉
    Vincent et moi c’est toute une histoire. J’adore ce gars. Je préfère son tout premier album mais je continue de le suivre avec beaucoup de plaisir. Cette dernière tournée fut encore une fois une réussite. Alors celui-ci, sur scène, il est vraiment à part! Et maintenant on peut revivre cette tournée avec le DVD ^^
    Par contre, pour ma part, je n’ai pas eu le droit à François Lasserre et j’en fut bien attristée 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s