Photos : La Blanche en concert à l’Européen – 30/11/2009


Lire la suite

Publicités

« Les Herbes folles » d’Alain Resnais –

Image

En sortant d’un magasin de chaussures où elle a craqué pour une paire de pompes rouges dont elle n’avait pas franchement besoin, Marguerite se fait voler son sac à main. Quelques heures plus tard, dans un parking public, Georges tombe par hasard sur le contenu dudit sac à main que le voleur avait fini par jeter après s’être emparé de l’argent. Au fur et à mesure qu’il découvre le contenu du portemonnaie (CNI, licence d’aviation, photos, …), Georges se voit de plus en plus intrigué par l’inconnue et ne tardera pas à avoir envie de faire sa connaissance. Après avoir essayé – sans succès – de la joindre par téléphone, il se décide finalement d’aller déposer le portefeuille au commissariat de police. Le lendemain, alors que Georges et sa famille se retrouvent autour d’un repas commun, le téléphone sonne… C’est là le début d’une histoire pleine de tournures inattendues et imprévisibles qui amène les deux personnages principaux à changer de cap bien plus qu’une seule fois. Lire la suite

Thomas Fersen au Théâtre Rutebeuf à Clichy – 21/11/2009

Sept mois après le passage au Festival des Artefacts à Strasbourg (et une visite éclair dans des conditions malheureusement pas géniales au Furia Sound Festival début juillet), voici donc l’occasion de découvrir le nouveau spectacle de Thomas Fersen au Théâtre Rutebeuf à Clichy. Non seulement une nouvelle affiche mais aussi plein de changements sur scène: des musiciens jusqu’à la set-list en passant par les costumes, il y a non seulement du nouveau mais aussi quelques retrouvailles.

Image Hosted by ImageShack.us

Ainsi, c’est avec plaisir qu’on constate le retour d’Alexandre Barcelona parmi l’équipe, et sa présence sur scène (notamment dans la complicité avec Pierre Sangra) fait visiblement du bien, non seulement dans la mesure où les musiciens sortent un peu plus de l’ombre, mais aussi au niveau de la palette sonore : les nouveaux arrangements qui réunissent ukulélé, piano, batterie, guitare et accordéon sont réussis, parfois même surprenants (au sens positif du terme) et apportent de la fraicheur au spectacle. Lire la suite

Tag « 7 things I love »

Et voilà, je relève le défi lancé par fée de passage 😉

1. Les soirées entre amis (pour les nombreuses discussions autour d’un verre, le soutien, l’appui et les leçons en matière de confiance […], les clins d’œil échangés, les fous-rires collectifs et les tas de souvenirs partagés qui sont quelque chose de précieux)

2. La musique (de manière générale : l’ambiance des soirées de concert pour cette magie qui me transporte dans un autre monde et que je retrouve nulle part ailleurs, ainsi que les rencontres et les échanges fugitifs qui s’en suivent de temps en temps ; de manière plus concrète : le piano…en espérant de pouvoir le reprendre bientôt « pour de vrai »)

3. Prendre le train, voyager et passer des week-ends « ailleurs » (non seulement pour les changements d’air et pour les découvertes, mais aussi pour les retrouvailles avec des personnes qui me sont chères et pour les souvenirs communs qui en découlent)

4. La fatigue « positive » après le jogging (y’a quand même rien de mieux pour lâcher les endorphines, pour se défouler, pour se détendre des méninges…et – last but not least – pour caresser sa [bonne] conscience dans le sens du poil, évidemment^^)

5. La photographie et la peinture (l’un pour la possibilité – où l’illusion ? – de pouvoir « fixer » l’instant et d’en garder une trace qui reste, qui témoigne du passé et qui nous permet de « faire revivre » des bons moments; l’autre comme moyen de m’exprimer et d’extérioriser mes sentiments, et pour le fait de pouvoir « créer » quelque chose en mélangeant pinceaux et couleurs…sans savoir vraiment où ça va me mener au final^^)

6. La lecture et l’écriture (encore un autre terrain qui me donne l’occasion de me changer les idées, de m’évader au loin, de me plonger dans un univers différent…et d’en discuter après, pour échanger idées, impressions, et sentiments)

7. L’odeur du café le matin (tout simplement parce que c’est le seul moyen de me faire quitter le plumard. Comment dire…y’a des détails qui trompent pas^^)

> Et pour finir, je passe la relève à Julie

😉

« RAPT » de Lucas Belvaux –

Image

Stanislaff Graff est un industriel à la tête d’un groupe international de 130 000 salariés, père de famille, proche avec le champ politique, toujours entre deux rendez-vous…avant de tomber, un matin, dans un guet-apens qui fera de lui en quelques instants l’otage d’un commando de truands qui en espère une rançon importante. Humilié et coupé du monde, il se voit obligé d’accepter son sort, cherchant à préserver sa dignité face au régime de terreur des ravisseurs. Pendant ce temps là, les enquêtes policières et journalistiques révèlent le côté sombre de sa personnalité : entre ses maitresses et ses dettes de jeu, son monde se fissure au fur et à mesure, nuisant ainsi non seulement à l’image de son groupe mais montrant aussi à sa famille à quel point les apparences diffèrent de la réalité des choses. C’est ainsi qu’une fois libéré, Graff se retrouve face aux ruines de sa vie (en matière professionnelle et dans le cadre familial), seul, et dans l’impossibilité de continuer comme si de rien n’était… Lire la suite

Revue de concert : Bénabar en concert au Summum de Grenoble 14/11/2009

Après le Festival des Artefacts à Strasbourg au mois d’avril, voici donc mon deuxième concert en gradins. Arrivées sur place après l’ouverture des portes, on n’a – pour une fois – pas le « plaisir » d’assister au sprint collectif pour le premier rang – ce qui est vraiment une bonne chose, en l’occurrence – surtout en connaissant la disposition de la salle et la jolie distance qui sépare le portail extérieur qui donne sur la rue de la « vraie » porte d’entrée (Comment ça, ça sentirait le vécu ? ^^ Évidemment, il y a des détails qui trompent pas : s’il y a une chose que j’ai retenue du passage de Cali à Grenoble en début de l’année dernière, c’est que le Summum ressemble à plein d’égards à une forteresse – et c’est le moins que l’on puisse dire :-)p ). Après quelques détours, on arrive à dégoter trois places tout en haut des gradins (personne derrière nous, on est certain de pouvoir se lever à notre guise), avec une belle vue sur la scène.

Image Lire la suite