Revue de concert : Bénabar en concert au Summum de Grenoble 14/11/2009

Après le Festival des Artefacts à Strasbourg au mois d’avril, voici donc mon deuxième concert en gradins. Arrivées sur place après l’ouverture des portes, on n’a – pour une fois – pas le « plaisir » d’assister au sprint collectif pour le premier rang – ce qui est vraiment une bonne chose, en l’occurrence – surtout en connaissant la disposition de la salle et la jolie distance qui sépare le portail extérieur qui donne sur la rue de la « vraie » porte d’entrée (Comment ça, ça sentirait le vécu ? ^^ Évidemment, il y a des détails qui trompent pas : s’il y a une chose que j’ai retenue du passage de Cali à Grenoble en début de l’année dernière, c’est que le Summum ressemble à plein d’égards à une forteresse – et c’est le moins que l’on puisse dire :-)p ). Après quelques détours, on arrive à dégoter trois places tout en haut des gradins (personne derrière nous, on est certain de pouvoir se lever à notre guise), avec une belle vue sur la scène.

Image

Vers 20h15, c’est à Eric Toulis (qui assure une fois de plus la première partie) de monter sur scène. Petits changements au niveau de la set-list par rapport à la veille, mais toujours un vrai plaisir de retrouver flamants bleus, matelots bretons, pampers clubs, kiwis, noiiix de cocooo et éléphants roses :mrred: On sent la complicité entre Toulis et son contre-bassiste Brahim Haïouani, et tous les deux ont l’air de s’éclater sur scène – le public suit, et quelques minutes plus tard, l’ambiance est au rendez-vous. Belle soirée de concert en perspective !!

Image

Vers 21h, Bénabar et ses acolytes prennent la relève. Malgré l’envie de profiter de cette date pour échanger notre premier rang habituel dans la fosse contre une place dans les gradins, j’appréhendais un peu à cause du côté souvent « stoïque » du public assis – mais non, contrairement à ce que je pensais au départ, les gens autour de nous suivent plutôt bien le mouvement collectif, et tant mieux ! :D

Image

Sur scène, ça saute, ça bouge, ça court – dans tous les sens et (quasiment) sans répit : il y a toujours quelque chose à voir, et même si les projecteurs suivent pas mal le mouvement de Bénabar, on ne peut pas s’en empêcher de jeter un coup d’œil du côté, notamment pour observer les petites « chorégraphies » (plus ou moins improvisées) des musiciens (et parfois même des techniciens) qui s’enchainent tout au long du spectacle. Et n’empêche, je me rends compte que ce sont notamment ces petits détails-là qui font que j’apprécie toujours autant ce joyeux bordel sur scène, même après 9 mois de tournée et une dizaine de dates au compteur.

ImageImage

L’un des avantages du fait d’être en gradins réside clairement dans le fait de pouvoir mieux profiter des lumières. C’est là qu’on se rend vraiment compte à quel point le jeu des projecteurs se trouve calé à la fois sur la musique et sur les paroles et à quel point cela représente en fin de compte un élément essentiel du spectacle. C’est aussi à ce moment-là qu’on sent le travail créatif qui se cache derrière tout cela, et franchement, pour avoir vu un certain nombre de concerts (quand même assez divers) au cours de ces dernières années (de près ou de loin), j’en reviens toujours au point de dire que les lumières de Bosley sortent de la masse. De même, le recul par rapport à la scène permet d’avoir une jolie vue d’ensemble dont on profite notamment lors des moments de délire qui réunissent l’ensemble des musiciens sur le devant de la scène (le roman photo, par exemple, ou bien la soirée électro et la chorégraphie sur la fin du Dîner > clic, pour en avoir un petit aperçu :mrred: ).

Image

La set-list ressemble pas mal à celle du concert de la veille à Montluçon, mais elle affiche quand même quelques changements par rapport à la soirée à Roanne. Ça fait plaisir de retrouver « Porcelaine » ou encore « Bruxelles » (même en n’étant pas particulièrement fan de la version studio, j’aime toujours autant les arrangements de la version live), mais quant à l’absence de « Majorette », je dois avouer que j’ai du mal à m’y faire. C’est un choix comme un autre, évidemment, mais n’empêche, je peux pas m’en empêcher de le regretter un peu. :?

Image

Voici donc la playlist avec quelques liens vers des petites vidéos en bonus (huhu^^). N’oubliez pas de changer le « SD » en bas du lecteur en « HD » pour les avoir en meilleure qualité ;)

    Intro
    OUTTPAC
    Bruxelles
    Y’a une fille qu’habite chez moi
    Pas du tout
    A la campagne
    Quatre murs et un toit
    Les Numéros
    L’Effet Papillon
    La Berceuse (+ roman photo)
    Les mots d’amour
    Qu’est-ce que tu voulais que je lui dise ?
    Porcelaine
    Monospace
    Malgré tout
    Triste compagne
    Dis-lui oui
    Maritie et Gilbert Carpentier (+ « Chanson populaire« )
    Le Dîner (+ soirée électro + chorégraphie)
    Je suis de celles
    Infréquentable

    L’Itinéraire
    Les Epices du Souk du Caire

    La P’tite monnaie

    A not’ santé

Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s