« L’Autre Dumas » de Safy Nebbou –

Comme souvent, c’est l’occasion qui fait le larron : pour séduire Charlotte, Auguste Maquet, nègre littéraire d’Alexandre Dumas, usurpe l’identité du maitre en se faisant passer pour l’écrivain en personne. La vérité finira par se faire jour et l’imposteur se voit obligé de s’expliquer et de rendre compte de ses démarches. Le choc entre Dumas et Maquet semble inévitable, révélant en même temps non seulement des conflits sous-jacents, mais aussi une certaine concurrence à peine larvée qui semble inhérente à la relation assez particulière qui lie les deux hommes. Lire la suite

« Sherlock Holmes » de Guy Ritchie –

De la magie noire, des meurtres rituels, une apparente résurrection – il y a de quoi semer le désordre et la panique parmi les habitants de Londres. Alors que Scotland Yard se voit dépassé par les évènements, Sherlock Holmes accepte le défi et se lance – accompagné de son ami Watson – aussitôt dans une enquête qui s’avère à la fois périlleuse et étrange. Entre phénomènes surnaturels et explications scientifiques, la menace semble omniprésente et le sens de déduction du célèbre détective sera mis à l’épreuve… Lire la suite

« A serious man » de Joel et Ethan Coen –

Une petite ville américaine, fin des années 1960. Larry Gopnik, prof de physique semble attirer les ennuis (entre sa femme qui veut le quitter, son frère « légèrement » paumé et débordé par la vie qui dort sur le canapé, son boulot qui parait « pimenté » d’éléments contreproductifs et ses enfants qui ne sont pas franchement faciles à gérer, y’a de quoi parler d’une mauvaise passe…). Coincé dans un contexte qui parait à la fois oppressant, conservateur et « carré » (surtout à la surface), Larry essaie de gérer cet ensemble peu réjouissant en s’adressant non seulement à son avocat mais aussi à trois rabbins. Demandant leur conseil (qui s’avère plus ou moins « utile »…), Gopnik cherche à faire face à ses problèmes et se fixe l’objectif de devenir « un homme bien ». Lire la suite

« Gainsbourg – (vie héroïque) » de Joann Sfar

Image

Film biographique, conte musical, …le premier long-métrage de Joann Sfar retrace l’itinéraire artistique de Serge Gainsbourg en mélangeant réalité et fiction de manière assez originale. La tâche était sans doute tout sauf évidente, mais le résultat est plutôt réussi, en dépit de certains défauts. Dans le positif, il y a d’abord les acteurs : mention spéciale pour Eric Elmosnino dans le rôle principal – physique, attitude, manière de parler/chanter…mis à part le casting en tant que tel, on imagine le travail qu’il a dû y avoir en coulisses, et n’empêche, ça valait le coup : le résultat est assez bluffant et le spectateur se laisse emporter par le jeu (il en va de même pour Laetitia Casta qui incarne Brigitte Bardot : la ressemblance est frappante). Surprenant le passage de Philippe Katerine dans le rôle de Boris Vian (drôle de façon de choper un taxi, cela dit^^). Lire la suite