« L’armée du crime » de Robert Guédiguian –

Image

Paris sous l’occupation allemande. Un groupe de Résistants, constitué de jeunes juifs et de communistes de plusieurs pays d’origine, décidés de se battre contre l’oppression et pour la libération de la France des Droits de l’homme. Dirigés par le poète arménien Missak Manouchian, ils commettent une série d’attentats contre des cibles différents (qui visent à la fois Nazis et collaborateurs) et se retrouvent bientôt dans le collimateur de la police française qui n’hésite pas à utiliser filatures, dénonciations, chantages et tortures pour s’emparer des insurgés et des opposants politiques. Le 21 février 1944, 22 hommes et une femme seront condamnés à mort et exécutés dans la foulé. Lire la suite

Publicités